Thursday, July 19, 2012

Festival bana y'afrique 2012 le 20 au 22 juillet à Toronto

En français mes amis - ça vient d'un communiqué de presse:

Festival bana y'afrique 2012
vendredi & Samedi 20 & 21 juillet @ Passion Lounge &
dimanche 22 juillet @ Lula Lounge

Vendredi & samedi le 20 & 21 juillet 2012
20:30 - 1:30 h - 10$
Passion Lounge (autrefois Cottage)
1220 Danforth, Toronto


ARTISTES

MOTO KAPIA (RD Congo)

MOTO KAPIA (RD Congo) et son frère James, c’est l’exubérance. Ils font des prouesses acrobatiques avec une roue de vélo dans la bouche et un bâton de feu sur la tête. Un remède efficace contre la grisaille et le cynisme!

Sous ce nom mystérieux se cache Moto, un artiste d’origine congolaise, de la région du Kasaï, en plein cœur de la République démocratique du Congo. Un artiste complet, compositeur, chanteur et joueur de ngoma, un type de percussion ressemblant à un djembé mais tout en hauteur. Aujourd’hui, il met en pratique ses différents talents, acquis en terres africaines, dès sa plus tendre enfance.

Sous l’influence de son père, qui est musicien, Moto apprend à jouer des percussions, à chanter et à danser. Il commence sa carrière en 1991 et, au milieu des années 2000, il a la bonne idée de créer son groupe sous le nom de Kapia. C’est de là que vient aujourd’hui son nom de scène, Moto Kapia. Tout simplement.

Aujourd’hui résident du Québec, Moto n’en reste pas moins très attaché à ses racines, à la musique de ses ancêtres, aux rythmes traditionnels de son pays d’origine. Il aime à les mélanger afin d’en tirer des morceaux uniques. Mais il est également soucieux d’y ajouter une pointe de musiques occidentales, de musiques urbaines.

Le groupe compte sept musiciens congolais, tous résidents à Montréal. Entre la basse, la guitare, la batterie et le ngoma, les membres de Kapia sont l’assurance d’une ambiance déchaînée à chacun de leurs passages sur scène. Leur dernier spectacle en date porte le nom de MAPASSA (Jumeaux). Sur scène, les musiciens sont accompagnés de danseurs à l’énergie débordante qui assurent le spectacle. Moto il adore jouer avec le feu…au sens propre ! Bref, Moto Kapia est un groupe à voir sur scène pour prendre un bon bol de soleil et d’énergie revitalisante.

DONNÉ ROBERTs (Madagascar)
Donné Roberts est né à Madagascar, élevé et éduqué à Moscou, en Russie et vit maintenant à Toronto. A Moscou, il fut le premier noir VJ sur MTV Russie. Sa musique est une fusion de la musique égyptienne, nigériane, autochtone nord-américaine, japonaise, russe et la musique celtique. Avec des amis et collaborateurs, il fait quelque chose d'entièrement original et unique au Canada qui est imprégné avec un son Donné Roberts. Son dernier album est une combinaison de langues et de compositions musicales à grand effet. Bien que les chansons ont été créées pour ce projet ils ont une façon de paraître familier et nouveau en même temps.

FOCUSWAY (RD Congo)
FOCUSWAY (RD Congo) est un ensemble de musiciens professionnels venant d'horizons différents; chanteurs, compositeurs et producteurs ce mélange passionnant de talents musicaux et de styles, vous permet d'avoir un des répertoires les plus finement ciselés de musique que vous pourrez trouver.

Il ne s'agit pas seulement de chanter, mais il s'agit aussi de faire la différence!

TICH MAREDZA (Zimbabwe)
Tichaona Daniel Maredza est arrivé à Toronto en 2008 avec une guitare dans une main, un tambour dans l'autre et une mbira dans ses dents. Chanteur, multi-instrumentiste, compositeur, il a rapidement formé un groupe en Décembre 2009 : Le Tich Maredza bande. La musique Tich est un mélange de la musique traditionnelle et contemporaine du Zimbabwe, des tambour et des guitares se mélangent avec des chansons en shona et en anglais. Cet ensemble polyrythmique se compose de 2 Zimbabwéens expatriés, 2 américains et 1 colombienne.

FOJEBA
Auteur compositeur interprète d'origine Camerounaise, Fojeba apprend à jouer de la guitare à l'âge de treize ans auprès de missionnaires catholiques du Collège Ste Jeanne d'arc. Il débute son activité de compositeur en 1989 à Yaoundé, pendant ses études en faculté des lettres. Il jouera dans plusieurs églises au Cameroun et aux Pays-Bas où il s'exile en 1997. N'ayant pas le droit de travailler légalement en Hollande, il passe beaucoup de temps à composer des chansons en attendant de trouver une issue. En 2003, le Québec lui ouvre les portes du Canada, puis Toronto l’a adopté. Le répertoire original de Fojeba comporte des oeuvres de différents styles: Afro pop, zouk, rumba, reggae et pop. Fojeba compose en plusieurs langues surtout en Français, en Bamiléké et en lingala. Il se produit régulièrement lors des concerts dans des clubs Torontois comme: Oasis, Lula lounge, ou des festivals de musique du monde et de musique d'Afrique, notamment: African festival de Delft (Pays-bas) en 2001, Festival Bana y 'Afrique de Toronto en 2003, Afrofest de Toronto, Queen's Park en 2004 et tant d’autres à travers toute la province de l’Ontario et du Québec.



Dimanche le 22 juillet 2012
20:30 - 1:30 H - 15$
LULA LOUNGE, 1585 RUE DUNDAS OUEST, Toronto


ARTISTES

DIBLO DIBALA & MATCHATCHA

On pourrait croire que Diblo Dibala est né avec une guitare dans les mains. C’est presque le cas. Diblo voit le jour en 1954, à Kisangani, en République démocratique du Congo (alors Congo belge). À l’âge de 6 ans, il déménage pour Kinshasa et neuf ans plus tard intègre la formation TPOK Jazz. Il joue en parallèle avec des groupes locaux tels que Vox Africa, Bella Bella, qui devient ensuite Orchestre Bella Mambo... De ces années date son premier enregistrement : Elidjo avec Mbemba Bouesso.

En 1979, départ pour Bruxelles. Là-bas, Diblo Dibala continue à jouer de la guitare, surtout dans la rue, et fonde un groupe appelé Bana Mons. Mais il est plongeur pour gagner de quoi vivre. Deux ans plus tard, il rejoint Paris, alors une des capitales du soukous, pour entrer dans le groupe de Kanda Bongo Man. Celui-ci était déjà son partenaire au sein de Bella Bella. Ensemble, ils enregistrent l‘album Iyole (1981), qui jouit d‘un beau succès et leur assure une grande notoriété dans le milieu musical. Durant ces années, Diblo joue également avec un autre grand représentant du soukous, Pepe Kalle.

Au milieu des années 1980, il fonde le groupe Loketo avec le chanteur Aurlus Mabele. Mais quelques années après, il choisit de partir pour de nouvelles aventures et forme Matchatcha. Malgré quelques remaniements, cette formation est encore celle qui accompagne Diblo aujourd’hui. En 1992, il signe sa première collaboration avec l’artiste dominicain, Juan Luis Guerra, et son groupe 440. Ensemble, ils enregistrent notamment la chanson à succès El costo de la vida, un merengue-soukous, puis une partie de l’album Fogaraté.

Au fil des années, Diblo s’est formé un nom parmi les guitaristes. Souvent surnommé « Machine Gun », il impressionne par sa dextérité, sa précision et sa rapidité à la guitare, son instrument fétiche. Il n’a jamais cessé de mettre son talent au service de son style musical favori, le soukous. En concert, l’embarquement pour Kinshasa est immédiat. Impossible de ne pas se sentir emporté vers des horizons lointains, chaleureux et enjoués.

No comments:

Post a Comment